Actualité

222838242_4791070910908536_4016522294779705540_n

par Denis Bourbonnais

Depuis que les régates ont repris leur place sur le territoire de la ville de Beauharnois, Richard Haineault est au rendez-vous. Que ce soit dans les puits de ravitaillement à la marina de Melocheville ou sur les flots du fleuve Saint-Laurent, le long du parc Bourcier, le «Miss Beauharnois» H-2 constitue l’un des centres d’attention.

Richard Haineault, c’est «Monsieur Beauharnois», le favori sentimental, depuis 2008 aux Régates de Beauharnois. Son embarcation «Auld\Henderson» 2013 est l’une des plus rapides, bon an mal an, de sorte que le résident du secteur Melocheville aspire toujours aux grands honneurs. Le jour où la chance lui sourira autant en finale que dans les épreuves de qualification, la plus haute marche du podium lui appartiendra, à Beauharnois ou ailleurs.

Cet appui pour le «Miss Beauharnois» passe par les cris dans les estrades chaque fois où Richard Haineault se frotte aux coureurs de la catégorie la plus contestée dans la Ligue de Régates d’Hydroplanes. En 2016, les supporteurs du «Miss Beauharnois» ont été comblés avec la conquête du Trophée Jean-Paul Perreault octroyé au pilote local ayant réalisé la meilleure performance. Quand les activités retrouveront leur cours normal sur le circuit motonautique de la HRL, on ne pourra blâmer Richard Haineault de rêver à une poussée triomphale dans une finale.

Parmi ses meilleurs moments de course, le pilote âgé aujourd’hui de 56 ans a notamment accédé au podium à Cambridge (Maryland) en 2017 et il s’est illustré aux Régates de Valleyfield l’année précédente. Haineault a dominé les vagues de qualification avec une victoire et une 2e position au même endroit où il avait décroché la 2e place dans l’épreuve ultime en 2010 lors des années de l’ACHA.

Un sport familial

C’est après avoir conduit l’ancien «Mama Jama» de Mark Orechwo, une coque «Pigeon\Bergeron» fabriquée en 2000, que Richard Haineault a fait l’acquisition de l’embarcation «Auld\Henderson» avec laquelle il fait face aux défis que pose la compétition en Hydro 350.

Le principal concerné, qui s’est adjugé du titre de «pilote le plus amélioré» en 2015, affirme que son parcours aurait été différent sans le soutien indéfectible de ses équipiers et des membres de sa famille. D’ailleurs, l’un ne va pas sans l’autre puisque son épouse, Tania Cousineau, ses enfants, ainsi que son père ont embarqué de plain-pied dans l’aventure des régates. Sa femme est devenue officiellement une équipière du «Miss Beauharnois» en s’occupant de recueillir et de diffuser les statistiques.

Au-delà de l’adrénaline et des victoires, la plus grande fierté de Richard Haineault demeure l’équipe qu’il a su bâtir depuis ses débuts sur la scène des courses d’hydroplane. Le Beauharlinois fait confiance aux gens qui l’entourent et en apprenant à déléguer, il a saisi l’importance de se concentrer avant de prendre le volant de son bolide.

«Ce qui me rend le plus heureux, ce sont les belles soirées après les courses, à jaser avec mon monde. Pour moi, c’est la définition du temps de qualité», affirme Richard Haineault. Quant à sa 2e place en finale aux Régates de Valleyfield, le pilote du «Miss Beauharnois» considère qu’il s’agit d’un moment marquant de sa carrière, mais pas nécessairement pour la reconnaissance ou les récompenses. «J’ai pu prendre le micro et remercier mes coéquipiers de même que ma femme, de vive voix. Des moments qui restent gravés dans ta mémoire», conclut Richard Haineault.

Crédits Photos: Rod Windover Photographer

Partager

Retour à l'actualité