Actualité

h-104-patbershop-paysagement-desrochers

par Denis Bourbonnais

Marc Lecompte sera un pilote très occupé quand les activités reprendront à temps plein dans la Ligue de Régates d’Hydroplanes (HRL).

En plus de conduire sa propre embarcation de classe Hydro 350, le «Patbershop\Paysagement Desrochers» H-104, le coureur de Salaberry-de-Valleyfield sera au cœur de la compétition dans la catégorie Grand Prix. A la suite de la décision de Rémy Leblanc de retourner derrière le volant du «Allard Ménard» H-799 en H-350, Marc Lecompte s’est avéré l’homme de la situation pour prendre la relève à bord du «Miss Cléopâtre» GP-104, propriété de Line Mayer.

Maintenant un vétéran des courses d’hydroplane, le conducteur au teint basané entamera une 22e saison quand le premier coup de canon résonnera au terme d’une pause forcée en raison de la pandémie liée à la COVID-19.

C’est un cliché mais oui, le temps passe vite. II n’y a pas si longtemps, presque comme si c’était hier, Marc Lecompte prenait ses premiers départs aux commandes d’un hydroplane. C’était en 1998, le Campivallensien était âgé de 19 ans.

Plus de deux décennies après avoir fait ses débuts, il est toujours habité de la même passion pour le sport le plus rapide sur l’eau. Cet engouement vient de l’environnement familial, Marc étant le neveu de Norman Shannon et ayant grandi en voyant son oncle assouvir son appétit pour les victoires dans la classe 5 litres.

Second Hope

Aujourd’hui âgé de 42 ans, Marc Lecompte demeure un des coureurs les plus redoutables de la compétitive classe Hydro 350. Durant ses 21 années de course, il a toujours constitué une sérieuse menace sur les plans d’eau.

Après avoir conduit le «Second Hope» de son oncle Alain Haineault, sa mère étant l’ex-présidente de la Fédération nautique du Canada, Lise Haineault, Marc a été pilote/propriétaire de 3 embarcations de la classe 5 litres/Hydro 350 et d’une autre dans la classe Grand Prix en partenariat avec son oncle Norm Shannon.

Employé de «CB Marine» appartenant à Claude Bergeron, Marc s’y connait dans les bateaux et il a lui-même construit deux de ses hydroplanes de la classe 5 litres/Hydro 350. Le premier a porté le nom de «Willy’s Pub» et de «Primeau Performance», le CE-104, numéro fétiche de la famille. Marc a gagné deux championnats en 5 litres dont la Coupe Viau regroupant les événements québécois en 5 litres, en 2006, avant l’avènement de l’Association canadienne américaine d’hydroplanes (ACHA).

Marc Lecompte a ensuite remporté le championnat des points en 2012 avec le 2e bateau qu’il a bâti, le «NAPA Valleyfield», qu’il a mené à la victoire dans la finale à Long Sault, Saint-Félicien et Beauharnois sur les parcours de l’ACHA. Depuis quelques saisons, il est pilote-propriétaire du bateau «Pigeon/Bergeron» fabriqué en 2000 pour Maurice Richard, le «Rocket», qu’il a acquis de François Campeau.

Équipiers de confiance

L’hydroplane a été restauré de fond en comble et Marc a apporté quelques modifications en vue de la saison 2021. Il peut compter sur l’appui de ses commanditaire principaux, «Patbershop», et «Paysagement Desrochers», propriété de Martin Desrochers, qui est membre de son équipe. Josiane Patenaude reste sa personne de confiance aux communications et Luc Bolduc répond toujours présent pour s’occuper du bateau.

Marc Lecompte affirme que le fait de compter sur les mêmes personnes constitue l’un des atouts d’un pilote et un des secrets de la longévité d’un coureur.

«Je fais extrêmement confiance aux membres de mon équipe et ça me permet de me concentrer sur les courses», mentionne-t-il.

Le pilote caractérisé par son intensité a non seulement suivi les traces de son oncle Norm Shannon, il a fait équipe avec lui dans la classe Grand Prix pendant 5 saisons. Les deux ont été copropriétaires et ils ont partagé le volant la coque «Bergeron» qui a été le «Miss Dinomytes» GP-1001 avant de devenir le «Pièces d’autos Valleyfield» GP-104. Marc a également piloté en 2,5 litres et dans la classe Can-Am/Pro Stock, «L’Illusion» 103.

Marc Lecompte poursuit son cheminement avec la même passion qu’il éprouve depuis son enfance en tant que pilote mais il avoue avoir moins de patience le temps venu de consacrer les heures nécessaires à la préparation et à l’entretien du bateau. La conduite dans la classe Grand Prix lui manquait, mais il ne s’ennuyait pas des innombrables heures de travail et des coûts qui s’y rattachent.

Ainsi, Marc Lecompte a accepté d’emblée l’invitation de Line Mayer de piloter la coque que Mathieu Daoust conduisait au moment de son décès. Ne prenant rien pour acquis, Marc Lecompte ajoute que chaque saison est différente et comporte son lot de défis. Malgré tout, après plus de 20 ans, il certifie que l’excitation ressentie quand il se bat pour une position demeure la même.

«J’ai fait beaucoup de sacrifices pour le sport, j’ai retardé l’achat d’une maison pour continuer à piloter. Avec ma famille qui me suit lors des compétitions, je revis cette passion à travers les yeux de ma fille. Cette passion, c’est toute ma vie», conclut Marc Lecompte.

Crédit photo : Rod Windover Photographer

Partager

Retour à l'actualité